© 2019 Raphaël Faon

les forces de l'ordre

Impressions sur toile, 

 dispositif en réalité augmentée,

dimension variables, 2017

1/11

Le projet Les forces de l’ordre subvertit la manière traditionnelle de voir les œuvres d’art. Au premier regard, les images de la série tendent vers l’abstraction et semblent se prêter à une analyse formelle. Or, en mettant à distance les mécanismes d’interprétation propres à l’art abstrait, un dispositif en réalité augmentée fait apparaître l’image abstraite comme étant un détail d’un document photographique en lien avec les problèmes politiques contemporains : les tâches de couleurs sur les toiles imprimées sont en fait dans l'image source celles de la peinture qui a été jetée par des manifestants sur les boucliers des forces de l’ordre, lors de mouvements de protestation dans plusieurs pays du monde.

Dans le contexte artistique, la première perception de la peinture est la composition abstraite, alors que dans la situation politique il s’agit d'une action concrète. Ces deux degrés de perception interrogent deux manières d’employer la peinture comme médium, de l’œuvre d’art au geste de contestation politique. En confrontant ces deux images, il s’agit également  d’interroger le silence de l’art abstrait sur les questions politiques, en ramenant l’autorité de ce type de peinture dans le monde de l’art à celle des forces de l’ordre dans le monde social.

Ce projet a été présenté à l'occasion de l'année France-Colombie à la Foire Internationale du Livre de Bogotá (FILBO 2017), dans un pavillon consacré aux rapports entre arts et technologies.