traversées


Traversées

Hors-Pistes 12ème édition

25 janvier 2017 - 12 février 2017

Forum -1 - centre Pompidou, Paris

Entrée libre

A chaque édition, le festival de l’image en mouvement, Hors Pistes, imagine un programme croisant les disciplines autour d’un sujet de société. Cette année, il prend pour thème la mer et ses traversées, une actualité qui passionne actuellement et souvent de façon tragique, le monde. Hors pistes investit les salles et l’espace atypique qu’est le forum-1. Comme pour chaque édition, ce lieu est réfléchi en fonction de la thématique. La traversée prend ici, la forme croisée d’un port et d’une scène de théâtre, étrange figure scénographique qui mêle installations, images, lumières et artistes au travail. Un port ? plus précisément un port d’attache, qui accueille plusieurs propositions autour de la figure emblématique de la traversée qu’est le bateau. Qu’il circule sur les mers ou qu’il câble les fonds marins, le bateau est le « médium » qui trans-porte au sens propre comme au sens figuré, l’exploration, l’expédition, l’expérimentation, la séparation, l’attente, la fuite, le naufrage, la mort. Hybride comme le sont la plupart des propositions artistiques, ce port d’attache expose une dizaine d’œuvres produites pour l’occasion. Certaines s’activent, d’autres se prolongent par une performance en salle alors que d’autres occupent l’espace de leur présence telles les décors d’une scène inventée. La scène s’ouvre le mercredi 25 janvier. Le port est habité par des personnages/artistes récurrents, symboles de l’avancement de la traversée. Le port se transforme, une voile se dessine, une tapisserie se tisse, un bateau se construit, des cartes s’impriment, d’autres tracent des trajectoires, des images sillonnent l’horizon, toujours différentes, expériences de l’immensité de la mer et de ses rivages. « Les films de l’horizon » ouvrent le port vers d’autres espaces, comme un point de fuite qui laisse le regard s’échapper au-delà des murs, vers celle dont on parle mais qui n’est pas là : la mer. Ce port d’attache, pirate, sur aucune carte, éphémère, devient le reflet des enjeux cruciaux que la mer porte aujourd’hui. Dans les salles, chaque soir, en entrée libre, ce sont d’autres artistes attachés à la mer qui la racontent.

Les œuvres et artistes présentés dans le forum -1 : Installations : Archipelagiste/ Mare liberum Beau temps–ciels bleus / Pauline Delwaulle Crise des migrants / Raphaël Faon Open sea / Raphaël Faon, Andres Salgado Parenthèse / Katia Kameli Tentacules / Agnès de Cayeux Terra incognita / Pauline Delwaulle The Acali experiment / Marcus Lindeen Voiles migrantes / Enrique Ramirez What Rises From the Depths Cannot Help But Break The Surface / Facs of life Les films à l’horizon : Cartografias para navegantes de tierra / Enrique Ramirez En mer arctique / Agnès de Cayeux Études pour paysages marins / Miro Soares No shooting Stars / Basim Magdy Pacifico / Enrique Ramirez Puit aux Chaînes / Katia Kameli Racleurs d'océans & autres films silencieux / Louise Hémon Rester dans le noir jusqu'à devenir son paysage / Fabrice Reymond & Loreto Ricochets, les galets que nous sommes finiront par couler (...) /Julien Creuzet Martinez Troncoso Routes maritimes / Nicolas Clauss The acali experiment / Marcus Lindeen The last Carnival Cruise / Antoni Miralda The pirate cinema / Nicolas Maigret La rhétorique des marais /Ariane Michel

Organisateur : DDC / Les cinémas, Sylvie Pras, Geraldine Gomez

La brochure de l'exposition

Plus d'informations sur le festival :

https://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-18b882b8c7d4a2df38dd9f9fef088&param.idSource=FR_E-18b882b8c7d4a2df38dd9f9fef088

posts récents
archives

© 2020 Raphaël Faon